Statement on Authors’ and Performers’ Rights

  • Print

Version Francaise

1283WFoMlow

 

Art is a language that all people speak and that cuts across cultural, social, and economic barriers and enhances cultural appreciation and awareness. Art provides opportunities for self-expression, bringing the inner world into the outer world of concrete reality. The Universal Declaration of Human Rights states that everyone has the right "to enjoy the arts", as they constitute an important vehicle for individuals and communities to develop and express their humanity. The vitality of artistic creativity is also necessary for the development of vibrant cultures, for the protection and promotion of cultural diversity across the world and for the smooth functioning of democratic societies.


The Five Music Rights of IMC make important declarations about artistic rights and values in respect of music. In particular, the first three Rights articulate much of what is expressed above:


First IMC Music Right: 'For all children and adults to express themselves musically in all freedom'


Second IMC Music Right: 'For all children and adults to learn musical languages and skills'


Third IMC Music Right: 'For all children and adults to have access to musical involvement through participation, listening, creation and information'


Artistic activity in the music sector relies on a large number of actors, beyond the authors and performers themselves, that encompasses all those engaged in, and contributing to, the production, distribution and dissemination of musical expressions and creations. In a vibrant, dynamic, flourishing music sector, all these actors have equity; a fair balance of rights and interests between them, as well as between right-holders and users of musical works, must be safeguarded for the health of the sector as a whole.


Again, the Five Music Rights of IMC make important declarations about the importance of this fair balance of rights and interests amongst the various actors in the music sector. The fourth and fifth Rights, in speaking of the rights of all musical artists, implicitly recognise this network of actors, all of whom deserve equitable treatment:


Fourth IMC Music Right: 'For all musical artists to develop their artistry and communicate through all media, with proper facilities at their disposal'


Fifth IMC Music Right: 'For all musical artists to obtain just recognition and fair remuneration for their work'

These rights do not prevail without constant vigilance and advocacy. One way of undermining and weakening composers, songwriters and performers is to impede their livelihood options as professionals in a career devoted to music writing and performing. In fact, many composers and songwriters report that the main impediments they encounter in their work relate to their precarious economic and social situation. Similarly, while there are successful music performers and artists, the vast majority of them around the world struggle to make a living from music. One of the most common problems confronting musical artists of all types is their weak bargaining power as individuals in comparison to the large corporations who are the major players in the music industry.


For composers, songwriters and performers to continue their creative and artistic work, they have to receive an appropriate reward for that work. Authors' and performers' rights are their means of ensuring that they receive economic reward for the exploitation of their works; hence, such rights constitute an incentive to continue in the business of creating and performing. By helping to ensure the maintenance and development of creativity, the protection of authors' and performers' rights therefore acts in the interests of all – not only composers, songwriters and performers but also producers, consumers, culture, industry and the public at large. An effective system for the protection of authors' and performers' rights, along with other related rights, is therefore one of the main ways of ensuring that musical creativity and production receive the necessary resources and, thereby, of safeguarding the independence and dignity of artistic creators and performers.


The Universal Declaration of Human Rights stresses that "everyone has the right to the protection of the moral and material interests resulting from any (...) artistic production of which he is the author.", while the UN-adopted International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights stresses everyone's right "to benefit from the protection of the moral and material interests resulting from any (...) artistic production of which he is the author." The international recognition that authors' and performers' rights have gained speaks to the widespread and global consensus shared today on the importance of strong rights for a sustainable artistic future.


IMC and its members actively support strong authors' and performers' rights for musicians, since these are crucial to the ongoing vitality of artistic activity in the sphere of music and to securing adequate economic and social conditions for composers, songwriters and performers. This support acknowledges the fact that the implementation of strong authors' and performers' rights may require appropriate application according to regional situations. Moreover, whilst this document addresses authors' and performers' rights in general, IMC also recognises that across the world these rights may take on distinctive forms in relation, for example, to the rescuing and safeguarding of the music and instruments of indigenous peoples. Whatever their particular manifestation, it is universally the case that the rights of musical artists to develop and communicate their artistry and to receive appropriate reward for doing so complement, and ultimately sustain, the rights of everyone to musical expression, musical education and musical access.

 

Download the Press Release

 

 

Déclaration sur les droits d’auteurs et des interprètes

WMF Day 1 9546


L'art est le langage que tous les peuples parlent et qui transcende les barrières culturelles, sociales et économiques tout en renforçant la sensibilité et la conscience culturelles. L'art offre des opportunités d'auto-expression et permet d'extérioriser dans la réalité concrète ce qui naît dans l'intériorité de chacun. La Déclaration universelle des Droits de l'Homme énonce que chacun a le droit de « jouir des arts », en ce qu'ils constituent, pour les individus et les communautés, un véhicule important pour développer et exprimer leur humanité. La vitalité de la créativité artistique est également nécessaire pour le développement de cultures vibrantes et dynamiques, pour la protection et la promotion de la diversité culturelle à travers le monde, mais également pour le fonctionnement paisible des sociétés démocratiques.


Les cinq droits musicaux du CIM mettent en relief ces droits et valeurs artistiques dans le domaine de la musique. Les trois premiers droits musicaux notamment, reprennent ce qui a été exprimé ci-dessus :


Premier droit musical du CIM: « Pour tous les enfants et adultes de s'exprimer musicalement en toute liberté »


Deuxième droit musical du CIM : « Pour tous les enfants et adultes d'apprendre et d'étudier les langages et savoir-faire musicaux »


Troisième droit musical du CIM : « Pour tous les enfants et adultes d'accéder à la musique à travers la participation, l'écoute, la création et l'information »


L'activité artistique dans le secteur musical s'appuie sur un grand nombre d'acteurs divers et variés, au-delà des auteurs et interprètes eux-mêmes, et englobant tous ceux qui participent et contribuent à la production, la distribution et la diffusion d'oeuvres et créations musicales. Dans un secteur musical dynamique et prospère, tous ces acteurs devraient être égaux ; il est nécessaire de parvenir à établir et sauvegarder, tout aussi bien entre eux qu'entre les ayant-droits et utilisateurs des oeuvres musicales, un juste équilibre entre droits et intérêts.


Encore une fois, les cinq droits musicaux du CIM consacrent l'importance du traitement équitable et de l'équilibre à réaliser entre droits et intérêts. Les quatrième et cinquième droits musicaux, s'agissant des droits de tout artiste musical, reconnaît implicitement la chaîne des acteurs, chacun méritant un traitement équitable.


Quatrième droit musical: « Pour tous les artistes musicaux de développer leur art et de le communiquer à travers tous les médias au moyen d'outils et de structures appropriés mis à leur disposition »


Cinquième droit musical : « Pour tous les artistes musicaux d'obtenir une juste reconnaissance et rémunération équitable pour leur travail»


Ces droits ne peuvent prévaloir sans une vigilance et un plaidoyer constants. Une des façons d'affaiblir les compositeurs et auteurs constitue à entraver et réduire leurs moyens de vivre, en tant que professionnels dévoués à la création musicale. En effet, de nombreux compositeurs et auteurs témoignent du fait que les principales difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leur travail sont liées à leur situation économique et sociale précaire. De la même façon, bien qu'il y ait des artistes et interprètes musicaux prospères, la grande majorité d'entre eux a beaucoup de mal à vivre de leur musique. Un des problèmes les plus communs est leur faible pouvoir de négociation en tant qu'individu, comparé aux grandes compagnies qui sont les principaux acteurs de l'industrie musicale.

Afin de pouvoir poursuivre leur travail créatif et artistique, les compositeurs, auteurs et interprètes doivent percevoir une compensation appropriée pour leur travail. Les droits d'auteurs et des interprètes représentent pour eux les moyens de s'assurer qu'ils reçoivent une compensation économique pour l'exploitation de leurs créations ; et constituent, en tant que tels, une motivation pour persévérer dans la création et l'interprétation d'oeuvres musicales. En permettant d'assurer le maintien et le développement de la créativité, la protection des droits d'auteurs et des interprètes agit dans l'intérêt de tous – compositeurs et auteurs, interprètes, producteurs, consommateurs, la culture, l'industrie musicale et le public au sens large. La mise en place d'un système efficace pour la protection des droits d'auteurs et des interprètes, ainsi que d'autres droits connexes, constitue donc une des façons principales de s'assurer que la créativité et la création musicales reçoivent les ressources nécessaires, tout en garantissant l'indépendance et la dignité des créateurs et des interprètes artistiques.


La Déclaration universelle des Droits de l'Homme souligne le fait que : « Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production (...) artistique dont il est l'auteur. » tandis que le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, adopté par les Nations Unies, souligne le fait que chacun a le droit « de bénéficier de la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production (...) artistique dont il est l'auteur. » La reconnaissance internationale acquise par les droits d'auteurs et d'interprètes met en lumière le consensus général actuel sur l'importance de droits solides pour un futur artistique durable.


Le CIM et ses membres soutiennent activement de solides droits d'auteurs et d'interprètes pour les musiciens, en tant qu'ils sont cruciaux pour la pérennité de la vitalité de l'activité artistique musicale, et pour la garantie de conditions économiques et sociales adéquates pour les compositeurs, auteurs et interprètes. Ce soutien reconnaît le fait que la mise en place de solides droits d'auteurs et d'interprètes implique d'en faire une application appropriée, en fonction des situations spécifiques à chaque région. De plus, même si ce document traite des droits d'auteurs et d'interprètes en général, le CIM reconnaît également que ces droits peuvent prendre, à travers le monde, des formes distinctes s'agissant, par exemple, de la protection et de la sauvegarde de la musique et des instruments des peuples autochtones. Quelle que soit leur mise en oeuvre, il est universellement reconnu que les droits des artistes musicaux de développer et communiquer leur art et d'en recevoir une juste compensation, complètent et soutiennent in fine, les droits de chacun à l'expression et l'éducation musicales, ainsi qu'à l'accès à la musique.

Télécharger le Communiqué de Presse

This website uses Google Analytics. Google will not associate your IP address with any other data held by Google. You may refuse the use of cookies by selecting the appropriate settings on your browser. Read More